Index  >  Les bases du japonais  >  Fondamentaux de l'écriture japonaise  >  Tout savoir sur les kanji
écriture kanji

 

Apprendre les kanji : ce qu'il faut savoir

 

Il est temps de se jeter à l'eau et de parler sérieusement de ces idéogrammes dans l'écriture japonaise ! Les kanji, c'est comme les animaux sauvages, il faut les apprivoiser. Si vous vous jetez directement dans l'apprentissage sans avoir appris à les connaître, vous risquez de vous faire mordre. Pour éviter les blessures, je vous propose un cours complet sur nos (futurs) amis les kanji. Bien les comprendre, c'est la base pour les apprendre plus facilement.

 

Petite histoire des kanji

Avant le VIe siècle, les Japonais n'avaient pas d'écriture et ils ont donc tout naturellement décidé

kanjis ayant donné les hiragana

d'emprunter l'écriture chinoise. Fin…

Bon, c'est un peu plus complexe que ça, mais le principal est là : l'écriture japonaise est dérivée de l'écriture chinoise.

Les hiragana et les katakana sont d'ailleurs des caractères chinois simplifiés pour écrire les sons japonais plus facilement. L'image ci-contre vous montre le kanji de départ et sa simplification pour devenir un hiragana.

Les kanji actuels sont donc les sinogrammes que la langue japonaise s’est appropriés il y a des centaines d'années. Si vous voulez en savoir plus sur l'histoire fascinante de l'écriture japonaise, je vous renvoie à l'article que j'ai écrit pour Nautiljon :)

Aujourd'hui, le Ministère de l’éducation japonais reconnaît une liste de 2136 kanji “à usage courant” appelés "jōyō kanji". Ce sont les kanji enseignés durant l'école obligatoire et ceux normalement utilisés dans journaux et les médias.

 

Quand utiliser les kanji ?

Les kanji représentent en quelque sorte la manière "adulte" d'écrire un mot. Les enfants japonais commencent par tout écrire en hiragana, mais ils doivent ensuite apprendre à utiliser les kanji. C'est un peu comme pour nous, au départ, on écrit avec plein de fautes, mais vient un moment où il faut apprendre la vraie orthographe des mots, même pour "anticonstitutionnellement".

Par exemple dans le verbe 見る (miru) qui signifie "voir", est un kanji.

Si vous écrivez みる (la même chose mais en hiragana), ça donne une impression enfantine. Par contre, る est bien un hiragana. Les verbes et les adjectifs sont très souvent composés d'un kanji et d'un ou plusieurs hiragana, c'est comme ça que ça fonctionne. Sans faire trop technique, le kanji est la partie du mot qui ne changera jamais alors que les hiragana servent à marquer les conjugaisons. Par exemple :

  • る (miru) → Je vois. 
  • た (mita) → J'ai vu.
  • ない (minai) → Je ne vois pas.

On voit bien que le kanji est toujours là mais que les hiragana changent selon le temps du verbe.

Mais les kanji peuvent aussi se combiner entre eux pour former de nouveaux mots ! Par exemple 日 est le kanji du soleil et 本 celui de l'origine. Et si on les met ensemble, 日本 ils forment le mot pour désigner le Japon, le pays de l'origine du soleil (pays du soleil levant).

  • 日 = soleil
  • 本 = origine
  • 日本 = Japon

Et comment est-ce qu'on prononce tout ça ? C'est là que ça se complique un peu !

 

La prononciation des kanji

Si vous avez déjà entendu quelqu'un parler "chinois", vous avez sans doute remarqué que les sons ne ressemblent pas du tout à la langue japonaise. Alors, quand les Japonais ont décidé d'utiliser les kanji, ils ont pas mal traficoté avec la prononciation. C'est pour cela qu'aujourd'hui encore, les prononciations des kanji sont réparties en deux catégories. D'une part les prononciations "chinoises" qu'on appelle "onyomi" et d'autre part les prononciations japonaises qu'on appelle "kunyomi".

Explication avec ce kanji : qui représente la vague.

Les Chinois le prononçaient "puâ". La prononciation la plus proche en japonais pour ce "puâ", c'est "ha". Donc la lecture onyomi héritée du chinois pour 波, c'est "ha".

MAIS en japonais pour dire "vague", le mot est "nami" (comme dans "tsunami"). Donc 波 peut aussi se prononcer "nami" et c'est sa lecture "kunyomi", la prononciation du mot comme il se dit en japonais.

Les kanji ont donc cette double prononciation, l'une venant de la prononciation chinoise et l'autre du japonais. Ne soyez donc pas surpris si :

se prononce hachou mais que se dit tsunami alors que c'est le même kanji.

La bonne nouvelle, c'est que vous n'êtes pas obligé d'apprendre par cœur les différentes prononciations. Personnellement, je trouve que c'est décourageant et peu utile. Je préfère apprendre directement des exemples concrets comme et . Si vous voulez apprendre des kanji, il y a une partie du site rien que pour ça !

 

Les règles d'écriture des kanji

Encore plus que pour les hiragana, les kanji ont un ordre de tracé très strict. Heureusement, il y a quelques règles pour vous aider, vous n'avez pas à apprendre complètement par cœur chaque trait d'un kanji. En plus, après avoir répété quelques kanji, ces règles deviennent un peu instinctives, on y pense plus et ça vient tout seul.

Déjà, il faut savoir que les traits horizontaux se tracent de gauche à droite et les traits verticaux du haut vers le bas.

sens du tracé des kanjis

 

On trace d'abord les traits du haut et on descend 

traits de kanjis haut-bas

 

Mais on trace le trait horizontal le plus haut avant le trait vertical 十 

 

La courbe à gauche puis la courbe à droite  八 

courbe kanjis

 

Un kanji carré est formé de trois traits 口 

 

On trace l'extérieur sans fermer le carré puis l'intérieur et finalement on ferme le carré

kanji du soleil

 

S'il y a un axe de symétrie, le trait du milieu d'abord, puis le côté gauche et en dernier le côté droit 

kanji symétrique

 

Les différentes parties du haut vers le bas et de gauche à droite

kanji composé

 

N'ayez pas peur ! Avec le temps, ça devient automatique. Le meilleur moyen pour ça c'est de s’entraîner à tracer des kanji simples régulièrement. Je propose une liste pour débuter en douceur juste ici. Ensuite, ça sera plus facile d'apprendre de nouveaux kanji, ils auront déjà l'air un peu familiers.

Un autre point important pour bien tracer ses kanji, c'est qu'ils doivent tous tenir dans le même carré imaginaire. En français, certaines lettres sont plus hautes que d'autres ou dépassent de la ligne, mais en japonais tous les signes tiennent dans le même espace. Donc et on la même largeur et la même hauteur, peu importe le nombre de traits ou la complexité. Ce n'est pas juste une règle pour embêter le monde :

 ce kanji est celui pour “femme”

 ce kanji est celui pour “enfant”

女子 l'un à côté de l'autre (dans deux "carrés" séparés) ces kanji signifient "fille"

  ce kanji (qui tient donc dans un seul carré imaginaire) est celui pour “amour”.

Pour éviter de confondre 女子 et 好, il faut donc bien respecter la taille ! (Il n'y a pas d'espaces dans une phrase en japonais, tous les mots sont collés.)

Voilà, maintenant vous savez à peu près tout ce qu'il y a à savoir pour partir du bon pied dans votre apprentissage des kanji ! Je vous assure qu'on s'y fait et maintenant, j'adore étudier les kanji, je les trouve fascinants !

Cours suivant

 

 

Votes:6 Moyenne:10.00
Précédent
Les katakana, quand et comment les utiliser
index de la catégorie
Fondamentaux de l'écriture japonaise
Suivant
Conseil pour apprendre les kanji

db:system_notification_select.html
db:legacy_notification_select_form.html